Splash !

Splash

“Splash” ! Ceci n’est pas le bruit que fait l’encre quand elle s’écrase au sol. Il s’agit du gentil prénom de cette étrange tache d’encre qui a décidé de prendre vie. Splash va entrer dans le quotidien d’Ethan, de sa sœur et de son père illustrateur de BD. Comment une tache d’encre peut-elle à se point les marquer ? Pourquoi a-t-elle pris vie ? Un roman qui donne la part belle à l’illustration, l’esprit créatif et le syndrome de la page blanche.

Un grand merci aux éditions PKJ pour l’envoi de ce roman un peu avant sa sortie. Vous pouvez le retrouver en librairie depuis le 13 juillet 2023.

L’histoire

La famille Rylance a vécu récemment un drame et nous sentons que les relations entre les membres de la famille sont compliquées. Ethan doit réaliser une BD avec ses amis pour un projet scolaire et il a promis de faire les dessins. Il a menti en prétendant être bon en dessin. Un mensonge lié au fait que son père est un célèbre auteur de BD. Mais celui-ci est trop occupé pour lui apprendre à dessiner. Il planche sur un nouveau projet que son éditeur lui demande. Si seulement le syndrome de la page blanche ne le frappait pas depuis trop longtemps.

C’est là qu’apparaît Splash, née du carnet à dessin de Monsieur Rylance. Une incroyable tache d’encre qui suscite quelques convoitises et qui “transforme les maux en mots”.

splash chat
(page 8 sur la liseuse)

Retour de lecture

Quand j’ai vu qu’un nouveau Kenneth Oppel était sorti j’ai voulu le lire (je suis une grande fane de sa saga “silverwing” que je ne peux que conseiller à 100%). Splash ne m’a pas convaincu dès les premières pages. Puis, petit à petit, comme les personnages, nous nous attachons à cette étrange créature d’encre et à la famille Rylance. La proposition des personnages et leur rapport à Splash est sans doute ce qui m’a le plus plu : entre Ethan qui la voit comme un animal de compagnie dont il devient proche (en quelque sorte) et son père qui ne voit que les capacités de Splash et ce qu’elle pourrait lui apporter.

Splash, la tache qui transforme les maux en mots

La famille Rylance vit une période compliquée. Nous découvrons vite que la maman est décédée d’une maladie et le père ne semble pas réussir à s’en remettre. Il s’enferme dans son bureau pour créer une prochaine BD, lui qui a écrit une série à succès. Mais c’est la page blanche. Parfois il est trop énervé et Ethan sait en reconnaître les signes. M. Rylance n’est pas violent mais il boit, est souvent fatigué et n’arrive plus à gérer son rôle d’adulte avec deux enfants.

splash papa fatigue
(page 19 sur liseuse)

Notre personnage principal aimerait apprendre à dessiner, pour partager un moment avec son père, et respecter sa promesse de dessiner une BD avec ses amis dans le cadre d’un travail scolaire. Mais son père n’a pas le temps pour ça. Et Ethan se retrouve très souvent à devoir s’occuper de sa sœur Sarah, atteinte de trisomie 21. C’est un jeune garçon très courageux qui fait avec la vie. Quand Splash arrive dans sa vie les choses changent.

Car Splash est née du travail de son père, comme une partie de lui. Une solide amitié se construit très vite entre Ethan et Splash. Mais pourquoi est-elle née ? Qu’apporte-t-elle à cette famille ?

La vie d’un illustrateur

Nous plongeons dans le quotidien d’un illustrateur de BD. A la fois avec Ethan et son devoir scolaire, mais aussi avec son père et son métier. Les deux garçons doivent rendre quelque chose à quelqu’un (l’un à sa professeure et l’autre à son éditeur.)

Le premier ne sait pas dessiner et se contente de faire des bonhommes bâtons. Il n’ose pas avouer ce handicap, lui le fils d’un célèbre auteur de BD. A cela s’ajoute qu’à l’école il est dans la classe de la fille de l’éditeur de son père qui chercher à le piéger.

Le second est pris dans un engrenage de la page blanche : rien ne lui vient. Son éditeur vient lui demander un travail ou lui proposer un genre de BD qui cartonne en ce moment. Mais le père reste sur ses positions et cherche à convaincre tout le monde (lui-même sans doute plus que les autres) que tout va bien.

C’est là que Splash arrive. A tel point nommé que tout le monde se sert d’elle à sa manière. Seul Ethan va s’en rendre compte et chercher à la protéger… mais un éditeur au bord de la faillite est sans doute prêt à tout. Un message serait-il caché derrière tout ça ? A méditer.

Le conseil de la bibliothécaire

Chez les libraires et l’éditeur “Splash” est conseillé pour les enfants. Je dirais sans doute les bons lecteurs ou à partir de 11 ans. L’intrigue est accessible dans son ensemble avec les aventures de Splash, sa place dans la famille, sa capture et tout le reste mais le roman aborde certaines thématiques. Elles sont intéressantes mais peuvent demander un peu de maturité de la part des enfants pour les apprécier. Malgré ça il peut quand même être lu par les plus jeunes qui y verront une aventure originale même si le rythme, assez lent de prime abord, peut ne pas convenir à tous les enfants.

Retrouvez le livre sur le site des éditions PKJ : Splash !

4 Réponses à “Splash !”

  1. Je vois que l’originalité et l’imaginaire de l’auteur permet de parler de sujets plus difficiles comme le deuil, l’abus d’alcool, le ressenti des enfants quand le père ne vas pas bien…merci de nous permettre de le découvrir.

  2. Un titre intéressant qui part d’une idée originale avec l’apparition de cette tache d’encre. Et un livre aussi intéressant pour parler du deuil. Merci pour le partage.

    1. Il m’a intriguée avec cette tache d’encre comme personnage. Au début je n’avais pas idée qu’on parlerait du deuil, c’est une bonne surprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *