Les bras de Morphée

bras de morphée

A quoi ressemblerait le monde si la moyenne mondiale d’éveil était de 4h ? Si vous ne pouviez empêcher les “bras de Morphée” de vous plonger dans un sommeil incontrôlable ? Il faudrait tout repenser ! Notre personnage est un chanceux qui peut rester éveillé 12h. Une situation qui lui coûte cher et l’oblige à cumuler deux emplois dont celui de Troll professionnel. Mais ce n’est pas tout ! Découvrez !

Vous pouvez retrouver “les bras de Morphée” en librairie depuis mars 2019.

L’histoire

Un virus a touché, sournoisement, les hommes au cours du XXIème siècle. Tout d’abord ça a commencé par des absences au lycée (notre personnage principal, Pascal Frimousse, est professeur de français) chez les élèves puis les enseignants. En vrai, toute la population mondiale est concernée par ce phénomène. Le fautif ? Morpheus. Les symptômes ? Votre temps de réveil se réduit. Vous vous endormez à heure fixe et vous vous réveillez à heure fixe. La moyenne est de 4h de réveil. Pas notre personnage principal qui bénéficie de 12h de réveil avant de plonger dans les bras de Morphée. Une situation qui ne sera pas sans conséquence.


Retour de lecture

Quand j’ai acheté “les bras de morphée” en 2019 pour la médiathèque, un lecteur m’a demandé si je l’avais lu. Je lui ai répondu “non, pas encore”. Il voulait mon avis car lui l’avait lu et “c’est… bizarre” ont été ses mots. Un sujet intéressant et du bizarre ? Il fallait absolument que je le lise ! (ce que j’ai fait en 2020, il s’agit d’un retour de lecture tardif). Après lecture je confirme c’est bizarre. Pas vraiment à cause de l’histoire qui est prenante, originale, drôle (décalée) et assez fascinante. Il a créé un monde intéressant et s’amuse avec son idée de base dans une exploitation qui frise l’absurde.

Vous avez dit bizarre ?

Le “bizarre” est plus – à mon sens – dans son écriture, dans sa manière de raconter, dans son choix des mots et des phrases. Quand j’ai commencé “les bras de Morphée” j’ai eu peur que ce soit fastidieux à lire car ce n’est pas fluide. Mais on s’habitude et ça participe finalement à l’originalité et le plus de ce livre. Mais je peux comprendre qu’il déroute. C’est comme s’il s’amusait avec la langue.

4h c’est court. Il a donc fallu que la société s’adapte car avec 4h d’éveil il faut revoir ses priorités et mieux contrôler son temps. Ce qui se traduit par une importance de la synthèse et l’arrêt des loisirs. Ainsi que la mise en place d’un nouveau système sociétale plus anarchique avec une taxe de votre temps d’éveil (plus il est long, plus vous payez), une justice lente qui ne peut plus exister et qui devient expéditive (d’ailleurs les commissariats deviennent des milissariats), de nouvelles consommations notamment en matière de nourriture, une population mondiale qui se réduit, de nouveaux métiers qui émergent ou sont de nouveau reconsidérer etc.

Pascal Frimousse fait partie des chanceux car il a 12h de veille. Ce qui lui permet de rêver, de s’adonner à des loisirs tout en assurant ses cours et en complétant avec un second job pour arrondir ses fins de mois. Ce nouveau boulot ? Il est Troll professionnel : des gens le paient pour faire perdre du temps à quelqu’un. Comme le temps est devenu précieux, c’est plus grave que de lui faire perdre de l’argent. Et Pascal semble bien s’en tirer.

D’ailleurs, cet l’emploi va l’amener à mener une enquête pour retrouver un type, Michel Béretta. Ce qui ne sera pas de tout repos, loin de là.

De vraies pépites dans “les bras de Morphée”

J’ai passé un très bon moment avec “les bras de Morphée”. Voici un exemple parmi tant d’autres de ces fameuses pépites : à quoi peuvent ressembler les cours de littérature si vous n’avez pas le temps de lire les livres et de les étudier en détail ? Eh bien, vous travaillez sur des résumés. Au bac vous êtes notés sur votre capacité de synthèse et non sur votre compréhension de l’oeuvre.

“Deux heures plus tard, j’en termine avec mon vingt-septième élève, il vient d’expliquer qu’un certain Johnny Los, sans doute le plus américain de tous les dieux de l’Olympe, a conjuré son alcoolisme en se consacrant au théâtre. Ses pièces, malheureusement pleines d’erreurs, faisaient pitié. Erreurs et pitié, a conclu le candidat : c’est la catharsis. Seize sur vingt. Encore une fois, j’ai un barème à suivre. Il est essentiellement fondé sur l’aptitude de l’élève à synthétiser. Et ce que je viens d’entendre, en termes de connerie, à mon humble avis c’était une belle synthèse.”

Page 113 “les bras de Morphée”.

Vous en trouverez d’autres en cherchant sur Babelio “les bras de Morphée.”

Le conseil de la bibliothécaire

Je ne conseillerai pas “les bras de Morphée” à tout le monde malgré son charme. Il est décalé et déroutant, s’amuse avec le genre, la langue et le lecteur, et nous offre une métaphore du temps assez intéressante. Il aborde un monde où on ne peut pas se permettre de perdre son temps, ce qu’on peut reprocher à notre génération des écrans et des réseaux sociaux. Si vous êtes curieux de le découvrir, tentez toujours. Autre super roman qui parle du temps de manière différente ? Découvrez “Time Salvager“.

4 Réponses à “Les bras de Morphée”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *