Les fééries d’Eshad

les fééries d'eshad

Bienvenue à la nouvelle édition des fééries d’Eshad, un tournoi où le survivant remporte le droit à la liberté. Dans ce roman vous retrouverez deux peuples qui s’affrontent depuis toujours, l’un d’eux soumis à l’autre par la force, une femme à barbe, un tournoi, des faux-semblants, du sang et des secrets sombres.

Un grand merci aux éditions Scrineo pour leur confiance et l’envoi de ce roman trois mois avant sa sortie. Encore un peu de patience, vous pourrez retrouver “les fééries d’Eshad” en librairie à partir du 18 janvier 2024.

L’histoire

Les Arcanes, adaptes de la magie, ont perdu la dernière grande guerre contre les Esharis, adaptes de la technologie. Depuis, ce peuple est soumis aux gagnants. Chaque Arcane nait avec une dette à rembourser aux Esharis. Une manière de faire des Arcanes des esclaves. Le seul moyen pour eux de gagner suffisamment pour rembourser leurs dettes et retrouver leur liberté est de participer aux fééries d’Eshad.

Arazia est une Arcane vendue à un cirque parce qu’elle est une femme à barbe. Avec ses amis, elle monte un plan pour s’enfuir et retrouver sa liberté à sa manière. Mais le plan échoue et les voilà tous capturer. Ils n’auront pas le choix de participer à ce tournoi dont ils ne savent pas grand chose. Mais là-bas, ils découvrent un secret…


Retour de lecture

J’avais très envie de lire un roman de Cindy Van wilder, nom très connu en littérature young adult. J’avais lu “terre de brume” tome 1 en 2018 et j’en gardais un bon souvenir. Bref, je voulais retrouver cette plume pour la redécouvrir. Je ne saurai pas dire pour quelles raisons précisément (le mauvais affichage sur ma liseuse, l’écriture inclusive, l’attente d’un Hunger Games comme promis alors qu’on en est loin etc.) mais j’avoue ne pas avoir accroché comme je l’espérais avec “les fééries d’Eshad”. Je vois son potentiel et je saurai à qui le conseiller mais je suis passée à côté.

Un mélange entre “Hunger Games”, “Stranger things” et “Grisha”

Je ne peux pas juger le parallèle entre “les fééries d’Eshad” et “Stranger things” ou même “Grisha”, mais j’ai la référence pour “Hunger games”. Ce parallèle a été fait sans doute pour le tournoi. Avec cette comparaison, comme d’autres lecteurs, j’ai fait l’erreur de m’attendre à un tournoi sanglant et chargé en tension. Or ce tournoi est finalement très secondaire dans l’histoire. Il a à peine lieu. L’intrigue tourne avant tout autour des querelles entre les Arcanes et les Esharis, et autour du secret des “autres”.

Cette partie est très intéressante et j’aurai aimé qu’elle prenne encore plus de place. Je ne vais pas pouvoir détailler ce point sans vous faire de révélations. Je dirai juste que j’ai aimé l’exploitation des Autres (sans vous dire qui ils sont) et la confrontation entre les Arcanes et les Esharis.

Les personnages des “fééries d’Eshad”

Je suis mitigée sur ces personnages. Ils apportent une touche de diversité intéressante à l’histoire tout en restant “classiques” finalement dans la forme. Ils sont différents d’autres héros qu’on peut voir à ce jour en littérature (une femme à barbe comme héroïne, des personnages non-genrés etc.) et cette idée m’a plu. Ils sont bien intégrés dans le récit mais il m’a manquée, et je m’en excuse, de la profondeur. La relation entre les deux soeurs est très bien faite. La relation entre Arazia et son meilleur ami sans qu’il y ait de romance est très chouette. Mais les autres m’ont paru plus effacés dans l’histoire.

Le conseil de la bibliothécaire

“Les fééries d’Eshad” peut être lu par des adolescents à partir de 13 ans et par des adultes amateurs de fantasy. L’histoire est originale, les personnages aussi. Il aborde des thématiques intéressantes. De par ces thématiques, justement, Cindy Wan Wilder utilise l’écriture inclusive dans son récit avec des “iel” quand le genre d’un personnage n’est pas défini et des mélanges comme “auteurice”. Je ne remets absolument pas ce fait en question, je préviens juste pour que vous le sachiez (et que vous ne fassiez pas comme moi à buter sur des mots avant de comprendre.)

Retrouvez “les féeries d’Eshad” et les autres romans des éditions Scrineo sur leur site : Les fééries d’Eshad

2 Réponses à “Les fééries d’Eshad”

  1. Tu me donnes envie de me remettre à lire de la fantasy, d’un autre côté je n’arrive déjà pas à lire tous les auteurs pour adultes que je peux à présent découvrir librement 🙂 Mais je lis toujours tes chroniques avec grand plaisir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *