Lou, y es-tu ?

lou y es-tu

Que se passe-t-il quand on tombe dans le coma ? Notre esprit peut-il s’égarer ? Quel mystère entoure le réveil de Lou qui semble avoir changé de personnalité depuis son retour du coma ? Est-ce Lou qui est revenu ou quelqu’un d’autre ? Une enquête est lancée pour la retrouver. Son petit ami et sa soeur jumelle vont-ils faire une découverte troublante ? Sont-ils prêts ?

Un grand merci aux éditions Slalom pour l’envoi de ce roman en service presse et en avant-première. Vous pouvez le retrouver en librairie à partir du 7 mars 2024.

L’histoire

Noah et Lou s’avouent enfin leur amour après une amitié fusionnelle. Mais lors de leur premier rendez-vous en amoureux, Lou est victime d’un accident qui la plonge dans le coma. A son réveil, quelques jours plus tard, elle n’est plus tout à fait la Lou que connaissaient Noah et Armelle (la sœur jumelle de Lou.) Que s’est-il passé ? Malgré leur inimitié, Armelle et Noah décident d’enquêter pour retrouver la jeune femme qu’ils aiment tant… que s’est-il passé lors du réveil de Lou ? Où est-elle si ce n’est pas elle ? Quel mystère se cache derrière cette histoire ?


Retour de lecture

J’avais beaucoup aimé le précédent roman de Gilles Abier avec “comment tu m’as fait mourir” où un garçon se découvre le pouvoir de tuer quiconque en décrivant sa mort dans un carnet. J’avais envie de découvrir ce nouveau roman à l’allure aussi étrange et mystérieux. Difficile de le classifier et de le ranger dans un genre. Mon libraire de référence le range en paranormal. Je n’ai pas choisi cette voie car pour moi il n’y va pas franchement en maintenant un certain mystère. J’ai finalement opté pour l’enquête/thriller car avec cette histoire il nous distille un certain suspens.

Phénomène paranormal ou explication médicale ?

C’est avec ce doute que va jouer Gilles Abier. Le livre s’ouvre sur le coma de Lou mais nous prenons le temps de découvrir qui elle était et son lien avec Noah. C’est une jeune femme qui aime la nature au point de vouloir en faire son métier et de programmer de longues randonnées avec Noah qui partage sa passion. A travers Noah nous apprenons à la connaître. Ainsi, nous constatons nous aussi son changement de personnalité.

Or ce changement de personnalité peut être dû à son coma, d’un point de vue médical. Il semblerait que ce phénomène a déjà été constaté et n’a rien de surnaturel. Mais le doute plane… et l’auteur joue avec cet élément. Et si ce phénomène cachait quelque chose ?

A la recherche de Lou

On raconte à Noah et Armelle une autre histoire qui ressemble à la leur. Alors ils décident de vérifier ces dires en enquêtant. Et si la véritable Lou se trouvait dans un autre corps réveillé le même jour ? C’est là que les choses deviennent intéressantes. Car sous couvert de cette enquête et de leur rencontre avec d’autres personnes, ils abordent d’autres questions que je trouve intéressantes.

Car s’ils découvrent Lou dans un autre corps… que va-t-il se passer ? Et si ce corps était une vieille personne ? Ou un jeune homme ? Noah recherche désespérément celle qu’il aime car il ne la reconnaît plus. Elle a le corps de Lou mais elle n’a plus sa personnalité et ce qui le séduisait. Elle change d’amis et de comportement, séduite par de nouvelles expériences et la popularité. Mais si le nouveau corps ne correspondait pas à ses goûts ?

Le conseil de la bibliothécaire

“Lou y es-tu ?” peut être lu par des adolescents à partir de 14 ans (environ.) Comme il a été difficile à classifier, il est difficile à conseiller à un public. Il n’est pas vraiment pour les gros amateurs de paranormal ni de thriller mais pour ceux qui lisent un peu de tout et qui aiment les mystères et les romans à tension. Je peux vous conseiller de découvrir son précédent “comme tu m’as fait mourir” qui va plus loin (et que j’ai chroniqué sur l’ancien blog.)

Retrouvez “Lou y es-tu” et les autres romans des éditions Slalom sur leur site : Lou y es-tu ?


Lou, y es-tu ? de Gilles Abier édité par Slalom , 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *